RDC : 200 000 personnes pour le retour de Martin Fayulu à Kinshasa 

200.000 Congolais étaient hier dans les rues de Kinshasa pour accueillir l'opposant Martin Fayulu, le candidat de la coalition Lamuka © DR

Quelques centaines selon les médias proches du pouvoir. 2 800 selon les chiffres de la police. 500 000 selon certains organisateurs… En réalité, les Congolais étaient plus probablement 200 000 ce mercredi 21 novembre dans les rues de Kinshasa pour accueillir le candidat de la coalition Lamuka. Un succès populaire d’autant plus fort que le pari n’était pas gagné d’avance.

« La foule était tellement compacte que Martin (Fayulu) a mis plus d’une heure et demie pour s’extraire de l’aéroport de Ndjili. Puis, il nous a fallu près de trois heures pour traverser Ndjili, puis Limete avant de rejoindre le boulevard Lumumba et finalement d’arriver au stade des Martyrs pour un meeting improvisé », explique l’un des lieutenants de l’homme du jour.

Celui-ci poursuit : « la foule était si dense, si compacte, qu’à plusieurs reprises, les policiers, dont il faut saluer cette fois-ci le professionnalisme, ont dû faire usage de gaz lacrymogènes. Cela a suscité une incompréhension de la part de certains manifestants qui ont répliqué par des tirs de projectiles. Mais cela n’a pas duré. Tout est rentré dans l’ordre rapidement. L’ambiance était bon enfant et l’enthousiasme général », souligne ce responsable politique appelé à jouer un rôle de premier plan durant la campagne électorale qui s’ouvre officiellement aujourd’hui en RDC.

Bataille de chiffres 

Dès hier après-midi, les deux camps se sont livrés une bataille de chiffres portant sur le nombre de participants. Quelques centaines selon certains médias proches du pouvoir. 2 800 selon les chiffres (sans doute volontairement minorés) de la police. 500 000 selon certains organisateurs. En réalité, le chiffre le plus plausible est celui avancé par plusieurs observateurs : 200 000 personnes.

« Si l’on tient compte de la capacité d’accueil de plusieurs sites et si l’on confronte le nombre de personnes présentes lors d’événements similaires, par exemple le retour de Jean-Pierre Bemba fin juillet dernier à Kinshasa, on arrive à un peu plus de 200 000 dans une hypothèse prudente et donc avec une faible marge d’erreur », argumente l’un d’entre eux en précisant que « ce chiffrage ne tient pas compte de la foule des riverains qui ponctuellement, au moment où leur quartier était traversé, ont rejoint le cortège. »

L’implication de Moïse Katumbi et Jean-Pierre Bemba

Pour Martin Fayulu, c’est un véritable succès mais aussi un soulagement. Une faible affluence aurait en effet envoyé un bien mauvais signal. « Les Congolais qui sont venus si nombreux l’accueillir hier sont la meilleure réponse à ceux qui disaient que Martin Fayulu n’était pas le bon candidat », se réjouit un cadre du MLC. « Shadary (le dauphin de Joseph Kabila) a eu du mal à remplir le stade Tata Raphaël, même en forçant les fonctionnaires à s’y rendre et en payant les autres, de 5 à 10 000 francs congolais. Entre notre candidat et celui du pouvoir, il n’y a pas photo en termes de popularité », ajoute un cadre d’Ensemble pour le Changement.

Si Martin Fayulu a pu réunir autant de personnes hier à Kinshasa, ça n’est pas sur son seul nom. Car l’homme n’était pas considéré jusqu’à présent comme un poids lourd de la vie politique RD congolaise. Le succès de la mobilisation s’explique avant tout par l’implication des deux principales figures de l’opposition, Moïse Katumbi et Jean-Pierre Bemba, et de leurs mouvement respectifs, politiquement très fort à l’est et à l’ouest du pays, mais aussi à Kinshasa, la capitale où vivent des Congolais originaire des différentes provinces du pays.

Preuve que les deux hommes seront bien les faiseurs de roi de cette élection. En attendant peut-être plus…