RDC : 10 millions de dollars au minimum, c’est le coût de la « virée » de Félix Tshisekedi au Kasaï

Félix Tshisekedi recevant les lettres de créance de l'ambassadeur du Soudan lundi 10 janvier 2021. Le président RD congolais arbore pour l'occasion une montre Nautilus (or rose / cadran bleu) de la marque Patek Philppe dont le coût avoisine les 120 000 dollars. Et ce n'est pas, loin de là, le garde-temps le plus cher de sa collection © Twitter/Présidence RDC

Le Congo Libéré a eu accès à un document de 6 331 pages retraçant l’ensemble des dépenses du Trésor RD congolais pour l’exercice 2021. Ce document met, entre autres, en évidence le caractère dispendieux de la Présidence Tshisekedi comme en témoigne le coût de la récente tournée au Kasaï. 

5,5 millions de dollars. C’est le montant astronomique qu’aura couté, comme le révèle le document de 6 631 pages auquel Le Congo Libéré a eu accès et qui retrace l’ensemble des dépenses du Trésor RD congolais pour l’exercice 2021, la moitié de la tournée du président Tshisekedi au Kasaï.

La moitié seulement car ce document ne comptabilise les dépenses du président et de sa délégation que jusqu’au 31 décembre 2021, date de fin d’exercice budgétaire. Or, la tournée du président au Kasaï s’est prolongée jusqu’au 6 janvier.

Sachant que cette tournée a démarré le 24 décembre, son coût journalier (c’est-à-dire pour une seule journée) est de 786 000 dollars. Et par extrapolation, on peut considérer que cette tournée, s’étant prolongée jusqu’au 6 janvier, a, au final, coûté la bagatelle de 10 millions de dollars.

Un montant exorbitant pour l’un des pays les plus pauvres du monde où plus de 60 % de la population vit avec moins de 2 dollars par jour, qui alimente un peu plus la chronique d’une présidence décidément bien dispendieuse.

Quelques exemples de fonds décaissés à l’occasion de la tournée de Félix Tshisekedi dans le Grand Kasaï.

Le 5 janvier dernier, au Sankuru, à l’occasion de la dernière étape de sa tournée kasaïenne, Félix Tshisekedi avait déclaré devant une audience supposée lui être acquise : « Nous sommes venus travailler pour le Congo et les Congolais. Nous ne sommes pas venus voler. D’ailleurs, il n’y a plus rien à voler parce que le pays est à terre ».

Des propos qui ont aussitôt déclenché une vive polémique, notamment sur les réseaux sociaux, les Congolais pointant du doigt les très nombreuses affaires de détournement de fonds publics qui émaillent son mandant (lire notre précédent article) mais aussi les changements flagrants dans le train de vie du président (et de son entourage). Et ceux-ci d’étaler, photos à l’appui, son goût pour les chaussures, les costumes, les montres de luxe (voir notre photo d’illustration et sa légende), etc.

Manifestement, pour Tshisekedi, il y a eu un avant et un après élection. Dommage qu’on ne puisse en dire autant pour le pays.