Exclusif : sur instruction du pouvoir, la justice RD congolaise accélère le traitement du dossier « mercenaires » imputé à Moïse Katumbi

Joseph Kabila, le président (hors mandat) RD congolais.

Suite à la publication il y a quelques minutes de notre article sur la relance, à l’initiative de Joseph Kabila, des procès intentés à Moïse Katumbi dans le but de le rendre inéligible et ainsi de l’écarter de la course à l’élection présidentielle, un document est parvenu à notre rédaction.

Il s’agit d’une « requête en fixation d’audience » datée du 18 mars 2018, signée par le Procureur général de la République, Flory Kabange Numbi, et adressée au Premier Président de la Cour Suprême de la Justice en RDC.

L’objet de cette missive : fixer au plus vite une date pour l’audience publique dans l’affaire dites des « mercenaires » de Moïse Katumbi. En l’espèce, la justice reproche à l’ex-gouverneur du Katanga d’avoir, selon les termes du document, « levé ou fait lever des troupes armés, engagé ou enrôlé, fait engager ou enrôler des soldats, ou leur aura fourni des armes et munitions […] à Lubumbashi […] durant la période allant de l’année 2014 à l’année 2016 ».

Une affaire montée de toutes pièces selon les défenseurs de Moïse Katumbi et jugée à l’époque totalement « rocambolesque » par la CENCO qui avait mené une enquête indépendante à ce sujet et livré ses conclusions en février 2017. « Personne n’y croit mais cela offre un prétexte au régime de Joseph Kabila pour écarter Moïse Katumbi de la course à l’élection présidentielle. C’est le seul objet de cette manigance », dénonce un célèbre avocat RD congolais, grand défenseur des droits de l’Homme, joint par téléphone.

Vous trouverez ci-dessous reproduit en partie cette « requête en fixation d’audience » datée du 18 mars 2018, ainsi que l’injonction faite à la Justice (le 4 mai 2016) par Alexis Thambwe Mwamba de se saisir de ce dossier.

[Pour bien comprendre toutes les implications de ce dossier, lire notre précédent article : « Kabila veut accélérer le cours de la justice pour écarter Katumbi de la présidentielle »]