RDC : Sur décision de Joseph Kabila, l’annonce de la composition du gouvernement devrait intervenir entre le 10 et le 20 juin

Moïse Katumbi, le 20 mai dernier, de retour à Lubumbashi après trois ans d'exil © Twitter/Lamuka

Un créneau qui coïncide avec la tournée nationale de son grand rival, l’opposant Moïse Katumbi. 

« Ça vire a l’obsession », nous confiait il y a quelques mois un de ses proches. Joseph Kabila a beau avoir réussi sa grande manœuvre électorale, au terme de laquelle il conserve la réalité du pouvoir, il n’en reste pas moins obnubilé par Moïse Katumbi, le seul opposant qu’il craint véritablement.

Et pour l’ex-président, qui a contraint à l’exil pendant trois ans le dernier gouverneur du Katanga, tous les coups sont bons, y compris sur le plan médiatique.

Exemple ? M. Katumbi a, cette semaine, donné le calendrier de sa tournée nationale. Celle-ci débutera le 10 juin prochain à Goma et se terminera le 20 juin à Kinshasa.

Afin de détourner l’attention de l’opinion des scènes de liesse populaires qui ne manqueront pas de se produire dans la capitale du Nord-Kivu, Joseph Kabila a demandé à ce que l’annonce du gouvernement soit faite à cette occasion. « Soit en début de tournée, soit en fin de tournée au moment où, après trois ans d’absence, Moïse Katumbi sera de retour dans la capitale », nous ont indiqués plusieurs sources.

Cette stratégie du contre-feu est un grand classique pour Joseph Kabila, qui l’a utilisée à de nombreuses reprises par le passé afin de diluer l’attention des médias.

Et encore tout récemment. Lundi 3 juin, la nomination de Gabriel Kyungu à la direction de la SNCC et la reconduction d’Albert Yuma à la tête de la Gécamines ont été rendues publiques sans que les formes juridiques devant entourer ces décisions n’aient été respectées. Peut-être parce qu’il fallait aller vite pour détourner l’attention… Le même jour en effet, Moïse Katumbi rendait publique le calendrier de sa tournée nationale.

Autre exemple, le 20 mai dernier, jour du grand retour en RDC de M. Katumbi, a également été celui choisi par Joseph Kabila pour annoncer la nomination du nouveau premier ministre, Sylvestre Ilunga. Difficile de croire là aussi à une simple coïncidence alors que les élections législatives se sont déroulées il y a près de six mois déjà…