RDC : Reportage à Majengo, quartier de Goma délaissé par les autorités et livré à l’insécurité

Vue d'ensemble de la ville de Goma, chef-lieu du Nord-Kivu dans l'est de la RDC © DR

Situé au nord de la ville de Goma, Majengo est l’un de 18 quartiers du chef-lieu du Nord-Kivu. C’est aussi l’un de ses quartiers les plus chauds. C’est souvent de là que partent les revendications et les manifestations. C’est aussi un quartier réputé pour être infiltré par les miliciens maï-maï. 

Reportage de Pacheco Kavundama, notre correspondant à l’est de la RDC 

Le quartier Majengo, qui devrait attirer l’attention des autorités locales, est malheureusement oublié par elles. Les habitants de ce quartier vivent tous les jours un calvaire. Il ne se passe pas une nuit sans qu’une famille ne reçoive la visite de bandits armés ou, pire, qu’une personne soit assassinée.

A l’instar d’autres portions du territoire du Nord-Kivu, les habitants de Majengo se sentent délaissés par les autorités, municipales, provinciales comme étatiques. Ce weekend, dans la nuit de samedi à dimanche, les hommes en armes se sont introduits dans plusieurs maisons du quartier. Ils ont emporté des biens de valeur et blessé quatre personnes à la machette.

« Nous disons que Majengo est quartier oublié parce que il ne passe pas une nuit sans qu’on y enregistre des tueries ou des cambriolages, souvent les deux en même temps, sans qu’aucune mesure ne soit prise par les autorités. Jeudi dernier, sept personnes sont mortes calcinées dans une maison lors d’un incendie. Nous attendons les conclusions de l’enquête pour savoir si c’est ou non incendie criminel. Souvent, pendant les opérations des bandits, nous appelons la police mais sans aucune suite. On ne dort pas en sécurité dans le quartier de Majengo », déplore Laurent Muginareza, un habitant du quartier.

Le nombre de policiers déployés dans ce quartier est nettement insuffisant, déplore un autre habitant rencontré ce dimanche après un cambriolage commis dans plusieurs maisons. Comme l’écrasante majorité des habitants de ce quartier, il se sent totalement abandonné par les autorités.