RDC : « nous n’avons qu’un seul adversaire politique dans cette élection présidentielle, c’est Joseph Kabila » (Martin Fayulu)

Affiche montrant Martin Fayulu et ceux qui soutiennent sa candidature à l'élection présidentielle en RDC : Moïse Katumbi, Jean-Pierre Bemba, Adolphe Muzito et Freddy Matungulu © DR

« Je peux battre à plate couture le dauphin de Kabila », a également déclaré lors d’une interview à nos confrères de la RTBF celui qui a été désigné candidat commun de l’opposition le 14 novembre dernier à Genève. 

Après les péripéties passagères de ces derniers jours, place désormais aux choses sérieuses en RDC. Du côté de l’opposition, on ne regarde désormais plus que du côté de Joseph Kabila. Et on tente d’évaluer le rapport de force électoral. Sur ce plan, Martin Fayulu et ses soutiens ont vite fait le calcul.

« Si vous prenez les poids lourds qui sont derrière moi : M. Bemba, M. Katumbi, M. Muzito, M. Matungulu, et moi-même, nous couvrons l’ensemble du pays. À nous cinq, nous avons plus de 85 % de l’électorat au Congo. Je ne pense pas que le dauphin Kabila, M. Ramazani, puisse me battre. Nous ne voulons pas de machines à voter (ndlr: le vote électronique). Avec, les bulletins papier, je le battrai à plate couture », a déclaré à la RTBF le candidat commun de l’opposition.

Une analyse partagée par nombre de spécialistes de la carte électorale en RDC. De fait, les consignes de vote données par les leaders étant largement suivies par les électeurs en RDC, un rapide coup d’oeil suffit pour constater que le candidat commun de l’opposition désigné à Genève bénéficie des plus grosses réserves de voix. A l’ouest, dans l’Equateur, il ferait le plein grâce à Jean-Pierre Bemba. Idem dans le Bandundu (la province d’origine de Martin Fayulu), grâce à Adolphe Muzito et Olivier Kamitatu. A l’est, il bénéficierait du mot d’ordre toujours très respecté de Moïse Katumbi dans l’ex-province du Katanga. Et dans le grand est, il pourrait compter sur le soutien de Pierre Lumbi et d’Antipas Mbusa Nyamwisi.

 « Si les élections sont crédibles et transparentes, et c’est Martin Fayulu qui gagnera »

Comme l’a confié à l’auteur de ces lignes l’un des soutiens de la première heure de Martin Fayulu, « l’équation électorale pour la présidentielle 2018 en RDC est relativement simple, si l’on prend la peine de faire une analyse sérieuse. Compte tenu de la carte électorale, soit les élections sont crédibles et transparentes, et c’est Martin Fayulu qui gagnera. Soit ces élections sont truqués et dans ce cas, c’est le dauphin de Joseph Kabila [Emmanuel Ramazani Shadary] qui sera donné vainqueur. C’est là la seule inconnue ». 

Quant à savoir quelle importance représentent encore Félix Tshisekedi et Vital Kamerhe aux yeux du reste de l’opposition, la réponse, fut-elle indirecte, n’en est pas moins limpide. « Nous n’avons qu’un seul adversaire politique dans cette élection présidentielle, c’est Joseph Kabila, son régime et son dauphin », dixit Martin Fayulu. En RDC, une page semble bel et bien définitivement tournée.