RDC / Nord-Kivu : Un site aménagé pour accueillir les probables futurs cas de Covid-19

Vue aérienne de Goma, chef-lieu de la province du Nord-Kivu © DR

Alors que des cas positifs au coronavirus continuent d’être signalés dans la capitale congolaise Kinshasa, la province du Nord-Kivu, qui n’a pour l’heure enregistré aucune infection, se prépare à toute éventualité. 

Par Pacheco Kavundama, notre correspondant à l’est de la RDC

45 cas personnes ont été infectés par le Covid-19 sur l’ensemble de la RDC. Le Nord-Kivu n’a, pour sa part, pas encore enregistré de cas.

Pour autant, les autorités provinciales s’y préparent. Elles ont transformé le site qui abritait les personnes touchées par le virus Ebola en un espace susceptible de recevoir des patients infectés par le Covid-19.

Situé dans le groupement de Munigi dans le territoire de Nyiragongo à environ 5 km de la ville de Goma, il dispose d’une capacité d’accueil de 72 lits.

En RDC, des voix s’élèvent de toute part pour demander la mise en quarantaine de Kinshasa, la seule ville qui pour l’heure enregistre des cas de coronavirus afin d’éviter la dissémination du virus ailleurs sur le territoire.

En attendant, conséquence de la présence du virus sur le territoire congolais, les prix des produits de première nécessité ont augmenté. Ce qui a poussé le collectif des notables du Nord-Kivu a prendre la parole. « Nous demandons au gouvernement central à travers le gouvernement provincial de prendre des mesures sociales fortes pour assister la population congolaise en situation difficile en rendant disponible des masques, ainsi que des kits sanitaires, et en veillant à garantir la stabilité des prix pendant cette période difficile », a déclaré Rémy Segihobe, l’un des notables du Nord-Kivu.

Autre conséquence, les agents dépêchés sur le terrain pour faire respecter les mesures prises par le président de la République afin d’éviter la contamination s’adonnent à une forme de racket auprès des commerçants et tenanciers des débits de boisson, proposant de ne pas décerner d’amende en échange de dessous de table.

De son côté, le mouvement citoyen Lutte pour le changement (Lucha) propose une réduction de 50 % sur les salaires et frais de fonctionnement de la présidence de la République, Primature et Assemblée nationale,  25 % sur le traitement des députés et sénateurs, mandataires publics, directeurs et directeurs adjoints des régies financières, et d’autres hauts fonctionnaires au sein de l’administration publique pour financer la riposte.