RDC / Nord-Kivu : L’un des principaux mouvements rebelles armés, le NDC-R, se rend à l’armée congolaise avec 485 combattants

485 combattants du NDC-R se sont rendus ce lundi 17 août 2020 aux FARDC © Pacheco Kavundama
Après avoir combattu l’armée et les autres groupes rebelles, notamment les FDLR, le Nduma Defense of Congo Rénové a déposé les armes. 

Par Pacheco Kavundama, notre correspondant à Goma et dans le Grand-Nord

485 combattants de Nduma  Defense  of Congo  Rénové (NDC-R), aile Bwira, actifs dans les territoires de Masisi, Rutshuru et Walikale au Nord-Kivu à l’est de la RDC se sont rendus lundi 17 août aux FARDC. Plus de 90 armes ont également été déposés.

La cérémonie de reddition s’est déroulée dans la localité de Kashuga à environ 140 km de la ville de Goma en territoire de Masisi. Étaient notamment présents son chef militaire, le général autoproclamé Gilbert Bwira, ainsi que l’ancien porte-parole de ce mouvement rebelle qui en est devenu le président, Désiré Ngabo.
Ce dernier a déclaré, dans un discours mûrement travaillé et sans doute dénué de toute spontanéité, que sa milice avait accepté de déposer les armes pour suivre l’appel du président de la République, Félix Tshisekedi qui a demandé que tous les groupes armés déposent les armes pour contribuer au développement du pays.
« Si nous sommes là, c’est pour répondre à l’appel du président de la République qui veut voir toute la partie est en paix. Nous venons avec près de 500 éléments qui constituent une première vague. Vous savez, le NDC-R occupe une grande partie du Nord-Kivu. Ceux que vous voyez n’est qu’une partie de ses combattants qui viennent de l’axe Mweso-Pinga. Après, ce sera au tour de ceux positionnés à Masisi et Walikale », a précisé Désiré Ngabo.
« Demain ou après demain, tous nos combattons rejoindront l’armée congolaise », a par ailleurs ajouté celui qui assure que l’objectif du NDC-R n’était pas de combattre les FARDC mais les FDLR. Une version officielle contre-dite par les nombreux rapports sur l’insécurité au Nord-Kivu qui recenseNT les nombreuses tueries et exactions de ce mouvement.
La cérémonie de reddition s’est déroulée en présence du commandant des opérations Sokola 2, le général Mwehu Lumbi. A en croire l’armée, cette reddition est un signal fort contre les autres groupes armés actifs dans la région. Le  porte-parole de ces opérations, le major Guillaume Ndjike Kaiko, rappelle d’ailleurs à l’envie que de tous les groupes armés rebelles qui sévissent dans la région, le NDC-R figure parmi les plus importants mouvements.
Ses combattants, qui viennent de se rendre aux FARDC, seront regroupés dans un centre d’encadrement avant de choisir d’être intégrés à l’armée congolaise ou de revenir à la vie civile.
Reste toutefois à savoir si cette reddition sera effective et durable. Dans le passé, plusieurs opérations de ce type ont vu les combattants reprendre les armes quelques mois seulement après une même cérémonie officielle, assimilée par certains à une simple d’opération de communication.
D’une manière générale, la province du Nord-Kivu reste soumise à un niveau très fort d’insécurité. L’année dernière, celle-ci a encore augmenté, comme le montre le nombre de civils tués qui a été multiplié par trois en 2019 par rapport à 2018 selon le dernier rapport du centre de recherches Kivu Security.