RDC : La prison centrale de Goma est devenue un mouroir, selon le député national Jean-Baptiste Kasekwa

Le député national d'opposition, élu de Goma dans le Nord-Kivu, Jean-Baptiste Kasekwa © Pacheco Kavundama

Initialement construite pour accueillir 300 détenus, la prison centrale de Goma, communément appelée Munzeze, accueille près de 2560 prisonniers, selon plusieurs sources judiciaires du Nord-Kivu.

Par Pacheco Kavundama, notre correspondant à l’est de la RDC 

En vacance parlementaire dans sa circonscription électorale de Goma, l’opposant et député national Jean Baptiste Kasekwa plaide pour le désengorgement de cette maison carcérale.

Pour se rendre compte des conditions de détention, celui-ci est allé à la rencontre de certains prisonniers. A l’issue de cette visite, l’élu de Goma, membre de l’Ecidé, le parti de l’opposant Martin Fayulu, qualifie d’inhumaines les conditions de détention.

« La prison centrale de Goma est devenue un mouroir. Je suis venu voir le procureur pour lui faire part de mon indignation Il y a un détenu, par exemple, qui est gravement malade, il est même presque mourant, les médecins ont déjà fait des rapports à son sujet mais il ne bénéficie d’aucun soin au dispensaire. Trois autres cas nécessiteraient qu’ils soient transférés à l’hôpital pour des interventions chirurgicales. Mais il n’y a pas d’argent pour cela », déplore le député national d’opposition.

Parlant de l’alimentation des ces prisonniers, Jean Baptiste Kasekwa précise que ces détenus mangent difficilement à leur faim. « La ration à la prison centrale où l’on compte 2 534 détenus, est de l’ordre de 300 frc maximum par jour et par personne. Comment peut-on manger avec une somme aussi modique ? », s’interroge-t-il.

Mais il y a encore plus grave selon lui. « Plus de 60 % des détenus n’ont jamais été jugés. J’ai rencontré l’un d’entre eux qui a effectué 3 ans en prison pour avoir volé un dindon. Vous vous rendez compte, 3 ans en prison sans être jugé pour avoir volé un dindon. Et ce cas est loin d’être isolé », explique M. Kasekwa.

Le député national d’opposition a déjà rencontré le gouverneur de la province du Nord-Kivu, ainsi que des personnalités du monde judiciaire, et plaidé auprès d’eux pour que la prison centrale de Goma soit désengorgée. « C’est une question de sécurité et d’humanité », fait-il observer.