RDC : la Lucha exige la démission des ministres de l’Intérieur et de la Défense

Les militants de la Lucha ce vendredi à Goma ont protesté contre l'insécurité au Nord et du Sud-Kivu © DR

Les militants du mouvement citoyen Lutte pour le changement (Lucha) ont organisé ce vendredi à Goma dans le Nord-Kivu une manifestation pour dénoncer l’insécurité dans l’est de la RDC, en particulier dans les provinces du Nord et Sud-Kivu.

« Notre action a pour objectif d’exiger du gouvernement la démission du ministre de la Défense et du ministre de l’Intérieur et de la Sécurité, mais également la mise en place d’une unité internationale de militaires dotéa d’un mandat offensif pour mettre hors d’état de nuire les ADF à Beni. Depuis tout ce temps et tant de massacres, les forces armées de la RDC pas plus que la Monusco n’ont pas été capables de remédier à cette terrible situation », déclare Ghislain Muhiwa, l’un des militants de la Lucha .

Cette déclaration fait suite à un énième massacre samedi dernier d’une vingtaine de civils et de militaires dans la ville Beni par de présumés ADF, mais aussi à l’insécurité qui atteint un niveau alarmant ces jours-ci à Bukavu. « Notre action comprend également l’organisation d’un deuil dans le quartier Majengo pour rendre hommage aux personnes tuées depuis maintenant 4 ans à Beni », ajoute Ghislain Muhiwa.

Dans le quartier Majengo situé au nord de la ville de Goma où ces jeunes militants se sont retrouvés ce matin, des feux ont été allumés en signe de deuil. « Nous avons allumé ces feux parce que le feu, c’est un symbole de deuil, de consolation. Nous avons également cité les noms de toutes les personnes tuées depuis toutes ces années et exposer leurs photos pour faire prendre conscience à la population qu’elle aussi a droit à la paix », conclut ce même militant.

Cette manifestation s’est déroulée sans incident cette fois-ci mais sous le regard de nombreux policiers déployés pour l’occasion.