RDC : La députée provinciale du Nord-Kivu Adèle Bazizane insiste pour que la gratuité de l’école primaire, annoncée par Félix Tshisekedi, soit réelle et non fictive

La députée provinciale du Nord-Kivu, Adèle Bazizane, plaide pour l'effectivité de la gratuité des frais de scolarité à l'école primaire, une mesure annoncée récemment par le chef de l'Etat © Pacheco Kavundama
En RDC, les élèves reprendront le chemin de l’école lundi 2 septembre. Alors que le gouvernement congolais a annoncé la gratuité de l’enseignement primaire dès cette année scolaire 2019-2020, certaines personnalités politiques, appuyées par les parents d’élèves, demandent à ce qu’elle soit réellement effective.
Par Pacheco Kavundama, notre correspondant à l’est de la RDC

Adèle Bazizane Maheshe, rapporteur de l’Assemblée provinciale du Nord-Kivu et ancienne ministre de l’Education au sein du gouvernement provincial de Julien Paluku Kahongya, souhaite que la gratuité soit effective.

« J’ai de l’expérience dans ce domaine. Les parents d’élèves n’ont pas besoin de la suppression du minerval mais qu’on supprime la prime car c’est la prime qui pèse le plus sur leur budget. Pour que la gratuité soit effective, il faut que les primes qui sont payées dans les écoles soient supprimées. Sinon, ça ne sert à rien. On trompe simplement l’opinion. Il faut supprimer les 1 000 frc de bulletin, les 1 500 frc d’identification informatisée, les 200 frc d’assurance, etc. J’espère que la volonté exprimée par le président sera suivie d’effet », a-t-elle déclaré.

Dans le même temps, les autorités provinciales du Nord-Kivu ont indiqué que des dispositions particulières avaient été prises pour que cette rentrée ait lieu à bonne date en dépit de l’épidémie à virus Ebola qui ne cesse de se propager (plus de 2 000 morts en un an et 3 000 cas enregistrés).