RDC : 2019, une année sombre pour les travailleurs du Nord-Kivu selon l’UNTC

Le secrétaire provincial interprofessionnel du Nord-Kivu, Kamabale lwanga Tchernozem © DR
L’année 2019 a été terrible pour le Nord-Kivu, tant sur le plan sécuritaire qu’économique.

Par Pacheco Kavundama, notre correspondant à l’est de la RDC

Dans son traditionnel message de fin d’année aux travailleurs du secteur formel et informel de la province du Nord-Kivu, l’Union nationale des travailleurs du Congo (UNTC) a déclaré que « 2019 a été une année sombre, l’une des plus sombres de la décennie ».

Pour Kambale lwanga Tchernozem, le secrétaire provincial de l’UNTC, l’année 2019 a été marquée par une inflation monétaire galopante ou encore le non-paiement des salaires des fonctionnaires, mais aussi de certains employés d’entreprises privées.

« Dans le Nord-Kivu, plusieurs agents de l’Etat ne sont plus payés depuis plusieurs mois. C’est le cas à la CENI où les agents enregistrent déjà neufs mois d’impayés, ceux de l’assemblée provinciale du Nord-Kivu quatre mois et ceux du gouvernement provincial six mois », indique Kambale lwanga Tchernozem.

Sur le plan social, le chômage des jeunes atteint un niveau endémique et les relations sociales sont marquées par la propension de certains employeurs à résilier abusivement les contrats de travail.

Sur le plan sécuritaire, le tableau est encore plus sombre. Le phénomène des kidnappings a pris de l’ampleur en même temps que les autres formes de banditisme urbain  comme les braquages de maisons. Mais le pire est sans conteste les tueries de civils qui ont désormais lieu quotidiennement dans la région de Beni.

Enfin, sur le plan politique, depuis l’investiture de Félix Tshisekedi à la présidence en janvier 2019, la corruption, loin de reculer, n’a fait que s’aggraver durant l’année écoulée.

Pour tenter d’éclaircir ce tableau des plus sombres, l’UNTC prône un dialogue franc entre l’Etat congolais et les syndicats.