Présidence du Sénat en RDC : Matata Ponyo pourrait tirer profit de la guerre entre Thambwe Mwamba et Bahati

L'ex-premier ministre Augustin Matata Ponyo se retrouvera-t-il à la présidence du Sénat en RDC ? © DR

Pour éviter que les tiraillements entre le PPRD et l’AFDC, dont sont respectivement issus Thambwe Mwamba et Bahati, ne finissent par déchirer le FCC, Joseph Kabila pourrait faire le choix d’un troisième homme pour occuper la présidence de la chambre haute, en l’occurrence l’ex-premier ministre Matata Ponyo.   

C’est une règle politique bien connue. Quand deux personnalités s’affrontent violemment à l’occasion d’une élection, c’est souvent une troisième qui l’emporte. Celle-ci pourrait se vérifier à l’occasion de la désignation du président du Sénat en RDC.

Les deux prétendants au poste sont, depuis quelques semaines, à couteaux tirés. D’un côté Thambwe Mwamba qui incarne l’aile dure du PPRD. De l’autre, Modeste Bahati, le leader de l’AFDC, l’autre pilier du FCC, la plateforme de Joseph Kabila.

Face au risque de tiraillements, Joseph Kabila, soucieux de ne pas voir exploser sa majorité, serait tenté de suggérer l’idée d’un troisième homme : le consensuel Matata Ponyo.

Réputé modéré, celui-ci, bien que membre du PPRD, s’était présenté lors des élections législatives du 30 décembre dernier sous l’étiquette indépendante. Et comme Thambwe et Bahati, il est originaire de l’ex-grand Kivu, une région toujours en attente de l »attribution d’un grand poste institutionnel alors que l’ouest (avec Jeanine Mabunda au perchoir de l’Assemblée nationale) et le sud (avec l’accession à la Primature de Sylvestre Ilunga) ont déjà été servis.

« C’est une solution de compromis », concède un proche de M. Kabila qui jure que « les jeux sont ouverts et que « rien n’est encore tranché. »

Le poste est loin d’être honorifique. Deuxième personnage de l’Etat, le président du Sénat est le dauphin constitutionnel du chef de l’Etat en cas de vacance du pouvoir.

Qui l’occupera au final ? Réponse la semaine prochaine, date prévue pour l’élection.