Nord-Kivu : obtenir un duplicata de sa carte d’électeur, un véritable casse-tête à Goma

Maître Rostand Kahongya, avocat et candidat député national dans la circonscription électorale de Goma, dénonce la procédure payante de délivrance de duplicata pour les cartes d'électeur © DR

Alors que les élections sont prévues en RDC en décembre 2018, nombreux sont les Congolais à ne pas disposer de pièces d’identité faisant office de carte d’électeur. Ceux-ci ne pourront donc pas aller voter pour la présidentielle, les législatives et les provinciales.  

Par Pacheco Kavundama, l’un de nos correspondants à l’est de la RDC

A Goma, chef lieu du Nord-Kivu, les habitants qui se déclarent sans pièce d’identité ou carte d’électeur ne sont pas rares.

Pourtant, selon la loi électorale, en cas de perte de sa carte d’électeur, il convient d’aller récupérer un duplicata. Problème : à Goma, pour se voir remettre un tel document, il faut débourser au moins 15 dollars américains. Une situation que dénonce maître Rostand Kahongya, avocat et candidat député national dans la circonscription électorale de Goma. « Je dénonce cette procédure d’obtention d’un duplicata contre rémunération. C’est illégal », s’exclame-t-il.

« Parmi les habitants de Goma avec qui je me suis entretenu, nombreux sont ceux qui connaissent des difficultés pour obtenir un duplicata car ils sont soumis à une longue procédure astreignante. On exige de vous une lettre du chef de quartier que vous devez aller déposer à l’officier de police judiciaire pour enfin obtenir un duplicata au niveau du bureau de la CENI. Mais là, on te demande 5 dollars pour avoir la lettre et 10 dollars pour l’OPJ. Au total, il faut donc débourser un total de 15 dollars pour obtenir un duplicata alors que ce document est gratuit. C’est complètement anormal », s’indigne ce jeune avocat, qui est aussi auditeur provincial de l’Office de bonne gouvernance et de lutte contre la corruption au Nord-Kivu.

Exemple de carte d’électeur en RDC © DR

Cette situation de monnayage de duplicata, qui s’assimile à du racket, n’est pas sans impact sur les personnes concernées qui font du petit commerce entre les villes de Goma et celle de Gisenyi au Rwanda. Ces personnes, pauvres dans leur grande majorité, ne peuvent plus traverser pour se rendre au Rwanda car non seulement ils ne disposent plus de pièces d’identité, mais ils ne peuvent pas se permettre de payer la somme de 15 dollars pour obtenir un duplicata. Une situation pour eux doublement pénalisante.