Nord Kivu : les chefs coutumiers s’invitent dans la riposte contre Ebola

Le Roi Kongo, sa majesté M'fumu Difima, également secrétaire général de l'Alliance nationale des autorités traditionnelles du Congo © DR

Les chefs coutumiers du Nord-Kivu, à la tête desquelles se trouvaient le Roi Kongo, sa majesté M’fumu Difima, par ailleurs secrétaire général de l’Alliance nationale des autorités traditionnelles du Congo, ont organisé une cérémonie coutumière afin d’entrer en contact avec les ancêtres et leur demander de venir en aide à leur peuple au moment où le virus Ebola sévit dans cette province de l’est de la RDC. 

Par Augustin Mosange, l’un de nos correspondants au Nord-Kivu

Après avoir sacrifié des poules et des chèvres mêlés à la boisson traditionnelle et délivrés des messages aux ancêtres, le Roi Kongo M’fumu Difima a expliqué qu’il entendait par là apaiser la colère de ces derniers, leur demander pardon au nom de son peuple, ainsi que leur soutien dans la lutte contre la propagation du virus Ebola.

« Trop, c’est trop. Le sang a suffisamment coulé. Nous, en tant que chefs, nous venons de faire aux ancêtre des sacrifices. Si esprit échauffé il y eu, qu’ils soient apaisés ; si mal il y a eu, qu’il soit pardonné. On ne peut plus tolérer que le sang continue de couler », a-t-il lancé aux ancêtres.

A travers cette cérémonie, sa majesté M’fumu Difima a voulu manifester son soutien aux populations, leur montrant que les chefs coutumiers étaient également soucieux de leur bonne santé.

Invitation à suivre les procédures médicales recommandées en place par les autorités sanitaires 

A l’issue de celle-ci, il les a invités à suivre les procédures médicales mises en place par les autorités sanitaires et les équipes de riposte afin de maintenir en bonne santé ceux qui n’ont pas été infectés par l’épidémie et laisser le temps nécessaire aux ancêtres de guérir ceux qui ont contracté le virus.

« Le Congo reste ancestrale. La terre est ancestrale. Les ancêtres sont appelés à se lever à travers ce sacrifice pour protéger leur terre et leur peuple », a lancé en guise de conclusion le Roi Kongo, sa majesté M’fumu Difima.