Nord-Kivu : les affiches électorales des candidats de l’opposition systématiquement déchirées, les militants du FCC suspectés

Maître René Kiunda, candidat de l'opposition aux élections provinciales à Goma, dénoncent la destruction de ses affiches de campagne par les partisans du pouvoir © DR

C’est un énième signe du caractère très tendu de la campagne électorale qui se déroule actuellement en RDC. Les candidats de la coalition d’opposition Lamuka, conduite par Martin Fayulu, sont régulièrement pris pour cible par le pouvoir et ses alliés.

Cette semaine, l’opposition politique de la province du Nord-Kivu dénonce des actes de destruction systématique de ses affiches de campagne. Maître René Kiunda, candidat député provincial à Goma et membre du parti politique DCF-N, a haussé le ton. « Je viens de perdre cinq bâches contenant mes affiches à Goma. Nous les avions achetés et tout a été détruit. C’est totalement incivique. Et comme par hasard, ces destructions visent les opposants », dénonce celui-ci.

Ce dernier a d’ailleurs déposé plainte contre inconnu . « Je viens de déposer une plainte contre Inconnu pour que la justice recherche ces criminels, que la police puisse mettre un dispositif sécuritaire adapté et que nous puissions faire campagne dans des conditions normales », déclare Maître René Kiunda.

Qui sont les responsables de tels actes ? Beaucoup, à l’instar de Me Kiunda, tournent leur regard du côté du Front commun pour le Congo. « Les partisans de la majorité déchirent nos affiches pour que l’opposition perde ces élections. Mais nous les gagnerons car la population ici en a assez de ce pouvoir qui ne leur a apporté que de l’insécurité et de la pauvreté. »

A l’échelle nationale, cette campagne électorale est émaillée depuis plusieurs jours de nombreux incidents, le régime de Joseph Kabila s’employant à saborder la campagne de son adversaire le plus dangereux, Martin Fayulu, le candidat de la coalition Lamuka soutenu entre autres par Moïse Katumbi et Jean-Pierre Bemba, qui bénéficie d’une très forte mobilisation populaire.