Nord-Kivu : les affiches de campagne de Ramazani Shadary, le dauphin de Kabila, déchirées à Goma

Affiche de campagne d'Emmanuel Ramazani Shardary déchirée à Goma © DR

Les affiches placardées par le Front commun pour le Congo (FCC) dans le cadre de la campagne de son candidat, Emmanuel Ramazani Shadary, ont été arrachées par la population. Dans le chef-lieu du Nord-Kivu, la candidature du dauphin de Joseph Kabila est très impopulaire.

Sur la route 1 km témoin à Goma, les affiches du candidat FCC ne sont pas restées en place très longtemps. A peine installées, elles ont déjà toutes été arrachées.

« Shadary n’est pas aimé ici. Voilà pourquoi nous déchirons ses photos. Nous n’en voulons pas », expliquent les habitants.

Ceux-ci ont un autre favori. Il s’agit de Martin Fayulu, le candidat d’opposition de la coalition Lamuka. Le candidat du pouvoir, lui, est massivement rejeté. « Qu’a fait pour nous Joseph Kabila depuis tant d’années ? Rien. Ici, on a pas d’eau, pas d’électricité. En revanche, c’est vrai, il nous a apporté l’insécurité », ironise une commerçante qui soutient que « Shadary et Kabila, c’est du pareil au même ».

Du coup, les candidats du FCC aux élections législatives et provinciales sont bien en peine de faire campagne. Leurs affiches, elles aussi, sont déchirées. Certains de ces candidats, qui tentent d’organiser des meetings, ont été chassés par la population après avoir appelé à voter pour Emmanuel Ramazani Shadary lors de l’élection présidentielle prévue le 23 décembre prochain.

Pour éviter de tels désagréments, nombreux sont les candidats du FFC à éviter désormais de faire figurer sur leurs affiches de campagne la photo du dauphin de Joseph Kabila et même de prononcer son nom en public lors de leurs meetings.

Mercredi dernier, alors qu’il lançait la campagne électorale du FCC au Nord-Kivu, le gouverneur Julien Paluku a été contraint de payer des habitants pour les inciter à venir à la manifestation. Mais quand M. Paluku s’est mis à critiquer l’opposition congolaise et son candidat commun, ceux-ci ont scandé durant un long moment les noms de Martin Fayulu et de Moïse Katumbi.