Lutte contre Ebola dans l’est de la RDC : Les confessions religieuses apportent leur contribution

Une conférence oecuménique sur les moyens de lutter contre la propagation d'Ebola dans l'est de la RDC réunissant les différentes confessions religieuses s'est ouverte mercredi 11 septembre à Goma dans le Nord-Kivu © Pacheco Kavundama

Plusieurs responsables de confessions religieuses dont l’église catholique, les musulmans, l’église anglicane, l’église orthodoxe, les églises du réveil et autres se réunissent à Goma depuis le mercredi 11 septembre pour réfléchir sur leur contribution à la riposte contre la maladie à virus Ebola.     

Par Pacheco Kavundama, notre correspondant à l’est de la RDC

L’intitulé choisi pour cette rencontre œcuménique est explicite : « L’épidémie de la maladie à virus Ebola dans l’est de la RDC, une menace pour le peuple de Dieu, un défi pour les confessions religieuses en RDC»

Pour ces confessions, il y a urgence. Selon les dernières statistiques, cette maladie officiellement déclarée depuis le 1er août 2018 dans les provinces de l’Ituri, du Nord et du Sud-Kivu, a déjà provoqué 3 000 cas d’infection confirmés et 2 086 décès, soit un taux de mortalité de 69 %. Ainsi, sur 10 personnes qui contractent la maladie, environ 7 meurent.

Des chiffres qui font de cette épidémie due au virus Ebola la plus meurtrière après celles au Liberia et en Sierra Leone. « Pareille situation ne peut nous laisser indifférentes, nous les églises et confessions religieuses, à qui l’Éternel a confié la noble mission de veiller au salut des âmes et à l’épanouissement de tout homme », a déclaré Monseigneur Willy Ngumbi, l’évêque du diocèse de Goma.

Le prélat catholique appelle à la mobilisation de tous pour vaincre cette maladie. « Mobilisons nous, trouvons les mots justes pour parler à ce peuple qui nous écoute mais qui cache les malades, chasse et va jusqu’à tuer les membres des équipes de la riposte. Trouvons les mots justes pour dire à ces jeunes de ne pas accepter d’aller brûler les centres de traitement. Trouvons les mots pour convaincre ces familles qui refusent les enterrements dignes et sécurisés. Réfléchissons sur les voies et moyens de conjuguer nos efforts pour influer sur les décisions au niveau international afin de mettre fin aux bandes armées qui empêchent les équipes de la riposte de se déployer et qui causent par ailleurs tant des maux à notre peuple », a prêché le prélat.

A noter qu’à l’occasion de cette rencontre œcuménique, la très influente conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO), est représentée par l’abbé Georges Kalenga, le deuxième secrétaire général adjoint de l’institution.