La majorité présidentielle fait invalider l’élection du gouverneur du Maniema par la Cour Suprême

Joseph Kokonyangi, ministre de l'Urbanisme et de l'Habitat et secrétaire générale adjoint de la majorité présidentielle en RDC. Source : compte Twitter @LeParrainRDC

Elle a finalement mis sa menace à exécution. En RDC, la majorité présidentielle a fait invalider vendredi 20 avril par la Cour Suprême l’élection du gouverneur du Maniema, a indiqué La Libre Afrique.

Une élection qui s’est déroulée le 28 mars dernier et au cours de laquelle la MP avait subi un camouflet. C’est Prosper Tunda Kasongo qui l’avait emporté au nez et à la barbe du candidat soutenu par la mouvance présidentielle.

Suite à ce scrutin, Joseph Kokonyangi, le ministre de l’Urbanisme et de l’Habitat et secrétaire générale adjoint de la MP, s’était emporté devant les caméras, menaçant de faire invalider le scrutin par la Justice.

La MP s’était dans un premier temps tournée vers la Cour d’appel de Kindu. Mais celle-ci avait n’avait pas fait droit à sa requête, ce qui avait provoqué la colère des hiérarques de la majorité.

Tentant le tout pour le tout, la mouvance présidentielle avait entrepris de négocier le ralliement du nouveau gouverneur. Le weekend dernier, une rencontre a eu lieu à Kinshasa entre Prosper Tunda Kasongo, Alexis Thambwe Mwamba et le général Tango Four, deux piliers de la MP originaires du Maniema.

Ces discussions n’ayant pas abouti, l’affaire a été portée devant la Cour Suprême qui, sans surprise (la Justice n’étant pas indépendante en RDC), a prononcé l’invalidation du scrutin.

C’est le gouverneur précédent, Tutu Salumu (déchu en décembre 2017), favorable à la majorité présidentielle, qui est réhabilité dans ses fonctions.

Une situation qui devrait durer car la MP ne disposant plus de la majorité au sein du parlement provincial, elle ne se risquera sans doute pas à organiser de si tôt une nouvelle élection.