Interview : « depuis janvier 2018, il y a eu 22 cas d’enlèvements d’infirmiers sur le territoire de Rutshuru et les autorités ne font absolument rien »

Lundi 27 août les infirmiers de l'hôpital général de Rutshuru ont manifesté pour réclamer la libération d'un des leurs, Emmanuel Sébazubgu, kidnappé la veille © Aimable Gafurura

Suite au kidnapping dimanche 26 août du directeur de la radio Umudiho FM qui émet depuis le territoire de Rutshuru, le président de l’Union nationale de la presse du Congo – section de Rutshuru, Innocent Gashama, dénonce l’inaction des autorités face aux kidnappings et à l’insécurité de manière générale qui sévit au Nord-Kivu. 

Quelles mesures avez-vous décidé de prendre en votre qualité de président de l’UNPC-Rutshuru pour protester contre l’enlèvement de votre confrère, Emmanuel Tusenge Sébazungu ?

Suite au kidnapping dimanche 26 août, nous avons décidé en signe de protestation de suspendre la diffusion de journaux et d’émissions d’information, ainsi que des communiqués. La diffusion de la presse est suspendue et sur les radios et télévisions, seule de la musique sera diffusée. Et cette mesure ne sera pas levée tant que notre confrère n’aura pas été libéré.

Qu’attendez-vous de la part des autorités, et en particulier du gouvernement provincial ?

Le gouvernement ne fait absolument rien. Rien n’est fait pour lutter sérieusement contre l’insécurité. Le gouvernement provincial aurait les moyens de faire libérer notre confrère. Hélas, encore une fois, il ne fait rien. C’est incompréhensible de pouvoir enlever quelqu’un sur le tronçon Rukoro – Bunagana alors que des militaires y circulent en permanence. Et maintenant, ils ne font rien pour rechercher notre confrère retenu en otage alors qu’ils sont nombreux sur place. Mais il va bien falloir que nous discutions avec eux pour voir comment faire libérer notre confrère.

Savez-vous combien il y a eu de kidnappings depuis le mois de janvier sur le territoire de Rutshuru ? 

Il y a beaucoup de kidnappings ces derniers temps. Depuis le début de l’année 2018, on dénombre 22 cas d’enlèvements d’infirmiers rien que sur le territoire de Rutshuru. Notre confrère, Emmanuel Tusenge Sebazubgu, est en effet non seulement le directeur de la radio Umudiho mais il est aussi infirmier superviseur à l’hôpital général de Rutshuru.