Insécurité dans l’est de la RDC : La population du Territoire de Beni réclame la présence de Félix Tshisekedi à Oicha et lance une série de manifestations ce lundi 29 juillet 

Le territoire de Beni dans la province du Nord Kivu a enregistré 25 personnes tuées par des présumés ADF en une semaine.

Par Pacheco Kavundama, notre correspondant à l’Est de la RDC

Face à cette recrudescence de massacres, la société civile du territoire de Beni lance dès ce lundi une série d’actions pour inciter les autorités à trouver une solution rapide à l’insécurité causée par la présence d’éléments ADF dans cette région.

Paluku Bonane, président de cette structure citoyenne, souligne que dans le Territoire de Beni, les ADF ont tué en l’espace d’une semaine 25 personnes. « Trop c’est trop. Il faut que le président de la République puisse s’imprégner de la situation sur le terrain. La population réclame sa venue à Oicha (chef-lieu du territoire de Beni). Lui-même l’avait promis pendant sa campagne électorale, une promesse réitérée en janvier dernier lorsqu’il passé en ville de Beni« , rappelle-t-il.

Plusieurs actions seront ainsi menées jusqu’à l’arrivée, espère la société civile, de Félix Tshisekedi à Oicha.

Nous avons débuté par les journées ville morte la semaine passée. Hier (dimanche), il y a eu une réunion avec la population pour envisager d’autres actions. On va commencer par l’allumage de feux dans les quartiers, cellules et avenues du territoire de Beni. Cet allumage de feu sera accompagné par un mouvement d’incivisme fiscal. Cette zone est réputée être un triangle de la mort. Comment les gens qui vivent ici dans ce triangle de la mort peuvent continuer à payer les taxes alors que l’État est incapable d’assurer leur sécurité ? Ce n’est pas possible« , explique-t-il, promettant de poursuivre les actions « jusqu’à ce que le président de la République arrive”.

La lutte contre l’insécurité dans l’est du pays, où pululent les groupes armés, avait été évoquée comme une priorité par Félix Tshisekedi lors de son discours d’investiture le 24 janvier dernier. Depuis, les promesses tardent à être concrétisées.