Goma en partie paralysée ce lundi matin suite à un mouvement de colère de la population qui protestait contre l’expulsion de certains habitants de leurs maisons

Des manifestations ont eu lieu ce matin dans certains quartiers de Goma pour protester contre des expulsions © DR

Les activités socio-économiques ont été paralysées ce lundi matin dans certains quartiers de la ville de Goma, chef lieu du Nord-Kivu. 

Ce fut le cas notamment à Majengo, Mabanga et Virunga. La population entendait par là exprimer sa colère contre une décision de justice portant sur l’occupation qu’elle estime illégale de terrains par certains habitants.

Plus de cent ménages sont concernés par cette décision exécutée par la police qui les a fait déguerpir de leurs maisons, aussitôt détruites. C’est précisément ce qui s’est passé au village Buene dans le territoire de Nyiragongo, situé au nord à l’entrée de la ville de Goma.

Déjà la semaine dernière, à Turunga, l’un des quartiers les plus difficiles du territoire de Nyiragongo, 500 ménages ont été expulsés de leur domicile dans des conditions similaires.

A chaque fois, le motif avancé pour justifier ces expulsions est le même : les personnes occuperaient un terrain qui ne leur appartiendraient pas, quand bien même certaines d’entre elles vivent là depuis des années.

En colère, les habitants ont hissé des barricades sur les routes. Les marchés, les boutiques et les écoles sont restés fermés. Les transports en commun ont également été fortement perturbés.

© DR

La police a tenté de disperser les manifestants, dont certains étaient munis d’armes blanches et d’armes à feu, à l’aide de gaz lacrymogène. Un jeune garçon a été tué par un policier qui tirait à balles réelles.

La situation est revenue au calme en début d’après midi mais certaines boutiques et marchés n’ont toujours pas rouvert.

© DR