Est de la RDC : Premières victimes des atrocités commises au Nord-Kivu, les femmes veulent être représentées dans le prochain gouvernement provincial de Carly Nzanzu Kasivita

Un collectif de femmes du Nord-Kivu a rencontré mercredi 14 août le gouverneur de la province © DR

Une dizaine de femmes de la société civile ont rencontré mercredi 14 août à Goma le gouverneur du Nord-Kivu, Carly Nzanzu kasivita. Elles lui ont exprimé leur volonté de figurer dans le prochain gouvernement provincial.

Par Pacheco Kavundama, notre correspondant à l’est de la RDC

Carly Nzanzu Kasivita a pris ses fonctions de gouverneur le 28 juin 2019 en remplacement du sortant, Julien Paluku. Il avait alors indiqué qu’un mois plus tard, la liste de son gouvernement serait publiée. Si le nouveau gouverneur a pris du retard, il multiplie les concertations en vue de mettre sur pied le prochain exécutif provincial.

C’était donc pour les femmes du Nord-Kivu, politiques ou membres de la société civile, le parfait timing pour le rencontrer.

« Nous avons sollicité une entrevue auprès du gouverneur, sachant que des tractations sont en cours en vue de la formation du prochain gouvernement provincial. Nous estimons que, comme il a une femme vice-gouverneur, d’autres peuvent être nommées ministres », a déclaré à la presse Nelly Lumbu Lumbu, l’une des femmes reçues mercredi par le gouverneur.

Dans cette province meurtrie du Nord-Kivu où se concentrent une grande partie des maux qui frappent la RDC (insécurité, Ebola…), les femmes sont souvent les premières victimes des exactions commises par les groupes armés ou les forces de sécurité. Quand elles partent à la recherche des bois de chauffe, elles sont fréquemment violées.

Leur intégration au sein du prochain gouvernement provincial du Nord-Kivu leur permettrait sans doute de mieux défendre leurs intérêts, aujourd’hui bafoués.