Est de la RDC : Pour trouver des solutions aux maux qui minent le Nord-Kivu, les différentes communautés se retrouvent à Goma pour dialoguer

Les différentes communautés du Nord-Kivu sont réunies de jeudi à samedi pour tenter de poser un diagnostic commun et ébaucher des pistes de solution aux maux qui minent le Nord-Kivu © Pacheco Kavundama

La ville de Goma, chef-lieu du Nord-Kivu, abrite depuis ce jeudi 30 juillet et jusqu’au samedi 1er août un dialogue social entre les différentes communautés. 

Par Pacheco Kavundama, notre correspondant à l’Est de la RDC

C’est à l’initiative du gouverneur de la province du Nord-Kivu que ce dialogue social est organisé sur le thème « Dialogue de vérité sur notre propre avenir ». Pour Carly Nzanzu Kasivita, ce dialogue constitue un cadre d’échange sans tabou ni hypocrisie pour la paix et la sécurité dans le Nord-Kivu, une province déchirée depuis plusieurs années par la présence de nombreux groupes armés.

« Ce dialogue vise à contribuer à la consolidation de la paix, la cohésion sociale et à la stabilisation de notre chère province par-delà la diversité et les divergences qui caractérisent les différentes communautés humaines établies sur un même territoire », a déclaré Carly Nzanzu Kasivita dans son mot d’ouverture.

Le président de l’Assemblée provinciale du Nord-Kivu, qui a également pris part à ce dialogue, a souligné que l’organisation de telles assises vient à point nommé au regard des crises que traversent la province. « Le Nord-Kivu connaît une insécurité permanente suite aux guerres à répétition perpétrées par les groupes armés, ainsi qu’une crise de confiance entre communautés, ce qui plonge la province dans la difficulté. Ce dialogue est donc une nécessité pour les enfants du Nord-Kivu. Nous sommes là pour partager un diagnostic sur les causes et dégager des pistes de solutions », a indiqué Robert Seninga.

Du côté de la société civile, on espère que cette initiative sera l’occasion de dire la vérité. « Il faut dire les choses telles qu’elles sont, sans mensonge ni hypocrisie », plaide Thomas D’Acquin Muhiti, acteur de la société civile, qui a déjà pris part à plusieurs dialogues.

Des dizaines de personnes venues des six territoires du Nord-Kivu, ainsi que les représentants des différentes confessions religieuses ont pris part à ces assises qui prendront fin ce samedi 1 août.