Est de la RDC / Nord-Kivu : Les eco-gardes tués vendredi à Rumangabo mis en terre, les défenseurs de l’environnement demandent une enquête crédible 

Les éco-gardes tués vendredi dernier ont été mis en terre ce lundi © Pacheco Kavundama

Les corps de 12 eco-gardes du parc national des Virunga, leur chauffeur, ainsi que les 4 civils tués dans une embuscade des FDLR vendredi 24 avril dernier ont été acheminés chacun dans leur lieu d’origine pour leur enterrement. 

Par Pacheco Kavundama, notre correspondant à l’est de la RDC

Ce lundi à Goma à la morgue de l’hôpital de Keshero, l’émotion était grande lors de la levée de 7 corps sur les 12 gardes-parc tués vendredi dernier près du quartier général du parc à Rumangabo dans le territoire de Rutshuru par des FDLR, selon l’Institut Congolais pour la Conservation de la Nature (ICCN).

Le gouverneur du Nord Kivu, Carly Nzanzu-Kasivita, est venu se recueillir devant leurs dépouilles.

Les défenseurs de l’environnement, quant à eux, plaident pour des enquêtes crédibles, à l’instar d’Olivier Ndoole.

D’autant que cette attaque menée à l’encontre des gardes-parc aura un impact négatif sur le tourisme au sein de ce parc. « Les gens qui viennent visiter les gorilles par exemple auront peur de venir. Ce qui aura des conséquences pour le commerce local et le Trésor public », souligne Jean Flavier Baseme, chef de division provinciale de l’environnement au Nord-Kivu.

Durant l’année 2020, le parc national des Virunga a perdu une dizaine de ses rangers, tombés le plus souvent dans des embuscades tendues par les forces rebelles, nombreuses à opérer au sein de ce parc.