Est de la RDC : L’armée affirme avoir conquis Madina, le QG des ADF, et neutralisé 40 rebelles dans la région de Beni

Le major Mak Hazukay a reconnu que les FARDC avaient subi de très lourdes pertes dans leurs opérations contre les rebelles ADF © Pacheco Kavundama

Alors que les opérations militaires contre les rebelles ougandais se poursuivent dans la région de Beni à l’est de la RDC, l’armée congolaise a dressé un bilan à mi-parcours des ces opérations. 

Par Pacheco Kavundama, notre correspondant à l’est de la RDC

Le porte-parole des opérations sokola 1 lancées contre les rebelles ougandais ADF était samedi à Beni devant la presse pour donner le bilan des opérations militaires contre ces rebelles.

Si les FARDC ont enregistré des pertes au sein de leur rang, il en va de même du côté des ADF. « Nous avons fait des sacrifices pour conquérir Madina. L’armée a perdu 30 militaires et a enregistré 70 blessés, dont certains graves. Nous avons également perdu du matériel, dont quelques armes individuelles. Du côté ennemi, nous avons neutralisé 40 éléments ADF », a déclaré le major Mak Hazukay.

Parmi les cadavres de rebelles ADF, l’armée dit avoir retrouvé cinq corps de chefs de guerre dont Kambale Achubola, le secrétaire particulier de Jamil Mukulu,  chef de ce mouvement islamiste. Les victimes au sein des rangs ADF pourraient ne pas se limiter à 40 car « souvent, les rebelles amènent avec eux les blessés et certaines dépouilles », a précisé le porte-parole de l’armée dans ces opérations.

« Des armes ont été également récupérées », a-t-il ajouté. 21 armes AK 47, 5 PKM, 1 arme RPG 7,5 bombes artisanales, mais aussi des flèches et des Corans. Trois rebelles ADF ont par ailleurs été capturés.

© Pacheco Kavundama

Les FARDC affirment également avoir neutralisé neuf combattants parmi les groupes armés locaux Maï-Maï qui s’étaient fait les complices des rebelles ADF, et en avoir capturé trois.

Lors de ce bilan, le major Mak Hazukay a renouvelé son appel aux populations afin qu’elles continuent de collaborer avec l’armée car, rappelle-t-il, « le renseignement est crucial pour gagner la bataille sur le terrain»