Est de la RDC : Ce que l’on sait sur les circonstances du crash d’un avion qui fait une vingtaine de victimes ce dimanche à Goma

Selon un bilan encore provisoire, le crash d'un avion a fait une vingtaine de victimes ce dimanche 24 octobre à Goma © Pacheco Kavundama

L’avion de la compagnie Busy bee, basée à Goma, le chef-lieu du Nord-Kivu dans l’est de la RDC, s’est crashé ce dimanche 24 novembre quelques minutes après son décollage. 

Par Pacheco Kavundama, notre correspondant à l’est de la RDC

L’avion de la compagnie Busy bee a décollé de l’aéroport international de Goma ce dimanche vers 8 heures. Il se rendait en destination de Butembo et Beni. Quelques minutes seulement après le décollage, l’appareil s’est écrasé dans le quartier Mapendo, communément appelé Birere, avec à son bord 17 passagers. 16 personnes sont morts dans le crash. Le pilote de l’appareil, lui, a miraculeusement eu la vie sauve.

L’appareil s’est écrasé sur une maison en plein centre ville de Goma, ce qui porte le bilan provisoire de cet accident à une vingtaine de morts. Celui-ci pourrait toutefois être alourdi dans les heures qui viennent, compte tenu du nombre de blessés pris en charge dans les différentes structures sanitaires de la ville de Goma.

Les causes de l’accident de sont pas connues à cette heure. Cependant, selon certaines sources localement, cet appareil était en entretien depuis quelques jours à Goma et devait effectuer son premier test d’essai ce dimanche. Malheureusement, en dépti des consignes de sécurité, des passagers ont été invités à prendre place à bord de l’appareil.

Un jeune homme qui devrait prendre ce vol dit avoir été débarqué avec avec six autres personnes pour faire de la place à d’autres personnes. Selon les mêmes sources, l’avion a décollé sans le manifeste définitif (le listing des passagers ayant pris place dans l’avion, NDLR), raison pour laquelle certains noms de personnes débarquées à la hâte avant le décollage sont restées sur le manifeste provisoire rédigé par les responsables de cette compagnie aérienne.

Si ces éléments étaient avérés par l’enquête, cela démontrerait à suffisance la légèreté avec laquelle certaines agences de voyages et compagnies aériennes travaillent en RDC.