Elections en RDC : la « solution intermédiaire » de la CENCO sur les machines à voter qui favoriserait le camp de Joseph Kabila

Le pape François discutant avec Monseigneur Ambongo, le nouvel archevêque de Kinshasa © DR

Invité Afrique de RFI ce matin, Monseigneur Ambomgo, qui vient de remplacer Laurent Monsengwo comme archevêque de Kinshasa, a évoqué l’hypothèse d’une solution mixte quant à l’utilisation de la machine à voter pour les élections prévues le 23 décembre prochain en RDC. Mais sous des atours en apparence consensuels, cette option serait en réalité très favorable au régime de Joseph Kabila, comme l’a expliqué Le Point Afrique dans un article publié le 22 octobre dernier.

« Qui veut faire l’ange fait la bête ». Cette citation du grand philosophe Blaise Pascal sied, semble-t-il, parfaitement à la position de la CENCO, exprimée par Monseigneur Ambongo, au sujet de la machine à voter dont l’utilisation est envisagée lors des élections de décembre prochain en RDC.

« Faut-il envisager un système hybride, moitié machine à voter, moitié bulletin papier ? », demande le journaliste Christophe Boisbouvier.

Réponse de mon Monseigneur Ambomgo : « s’il y avait vraiment de la bonne volonté au sein de la classe politique au Congo, je crois qu’on aurait déjà trouvé une solution intermédiaire. Par exemple, pour l’élection présidentielle, où il n’y a pas trop de candidats, on pourrait utiliser le papier. Et pour les autres élections [législatives et provinciales], on pourrait utiliser la machine parce que là, il y a trop de candidats. Ça pourrait être une solution intermédiaire.

Pour comprendre pourquoi cette option serait favorable au régime de Joseph Kabila (qui plaide d’ailleurs en sous-main pour la retenir), lire l’article RD Congo : ce « coup » que préparent Kabila et Tshisekediparu le 22 octobre dernier dans Le Point Afrique.