Elections en RDC : dans le Maniema, la province d’origine du dauphin de Joseph Kabila, Martin Fayulu réalise des scores « soviétiques »

L'opposant Martin Fayulu, leader de la coalition Lamuka en RDC © DR

Pour Emmanuel Ramazani Shadary et le Front Commun pour le Congo, la plate-forme du pouvoir qui le soutient, le camouflet est terrible. D’autant que les résultats électoraux dans le Maniéma battent en brèche l’idée que le régime tente d’accréditer selon laquelle le dauphin de Joseph Kabila aurait réalisé de bons scores à « l’intérieur du pays ».

Pour Emmanuel Shadary et son parrain, Joseph Kabila, la défaite est cuisante. Dans le Maniema, la province d’origine de l’ex-ministre de l’Intérieur et candidat du pouvoir, l’opposant Martin Fayulu, leader de la coalition Lamuka, a réalisé des scores impressionnants.

A l’exception de Kindu, la capitale, très contrôlée par les caciques du régime et où pourtant Martin Fayulu parvient à accrocher Emmanuel Shadary Ramazani (voir tweet), ailleurs, à l’intérieur de la province, le candidat de Lamuka (« Réveillez-vous » en lingala) bat à plate couture celui du pouvoir d’après les plus de 250 PV que nous avons pu consulter. A Lubutu, Bunia ou encore dans le centre de Kassongo, M. Fayulu réalise un score avoisinant les 70 %, là où son adversaire ne dépasse pas les 15 %.

« Ces scores sont soviétiques. Mais il n’y a rien de surprenant car les gens ici en ont marre de ce pouvoir qui ne leur a rien apporté en dix-huit ans », confirme l’un des leaders de la société civile du Maniema.

A l’inverse, ces résultats ont provoqué la colère de Joseph Kokonyangi, le ministre de l’Urbanisme et de l’Habitat originaire de la province et nervi de Joseph Kabila. « Batu ya Maniema muko ba pumbafu sana ivi munakatala ku voter Shadary », a-t-il déclaré furieux en swahili (traduction : « Les gens du Maniema, vous êtes des vrais cons parce que vous avez refusé de voter pour votre propre frère Shadary »).

La colère de Kokonyangi, considéré comme le Mende local, reflète plus largement celle de la majorité dans le Maniema, qui commence à se déchirer. Pour preuve, le sénateur Mulaila accuse l’ancien Premier ministre Augustin Matata Ponyo d’avoir soutenu en sous-main Martin Fayulu et d’avoir ainsi contribué à la victoire de Martin Fayulu. M. Matata Ponyo, dans un communiqué rendu public hier, a accusé le PPRD, le parti au pouvoir, de le menacer de mort.

Quoi qu’il en soit, ces résultats dans le Maniema livrent deux enseignement principaux. Le premier, c’est que l’ampleur du rejet du pouvoir de Joseph Kabila est massif dans tout le pays. Il n’épargne même pas le Maniema, la province d’origine de son dauphin Shadary où le pouvoir espérait pourtant faire un bon score.

Le second, c’est qu’à l’inverse, les scores de Martin Fayulu sont impressionnants. Le leader de la coalition d’opposition Lamuka est le seul candidat à avoir réalisé des performances électorales constantes dans l’ensemble du pays, à l’est comme à l’ouest, dans la capitale comme à l’intérieur du Congo, dans la quasi-totalité des 26 provinces (à l’exception du Grand Kasaï où Félix Tshisekedi a raflé la mise). Une situation qui s’explique par les soutiens de poids en provenance de l’ensemble du pays (émanant de Moïse Katumbi, Jean-Pierre Bemba, Pierre Lumbi, Antipas Mbusa…) dont a bénéficié M. Fayulu durant sa campagne.