RDC : la Lucha annonce une grande marche pacifique le 3 septembre prochain pour dire non à la machine à voter

La Lucha, le mouvement citoyen RD congolais, lors d'un point presse à Goma ce mardi 21 août © Augustin Monsange

Le mouvement citoyen l’a fait savoir à l’occasion d’un point presse organisé ce mardi 21 août à Goma, chef-lieu du Nord-Kivu. 

Par Augustin Mosange, l’un de nos correspondants à Goma 

La Lucha ne baisse pas la garde au sujet du processus électoral en cours en RDC. Certes, le mouvement citoyen s’est félicité de la non-candidature de Joseph Kabila, conséquence de la forte mobilisation intérieure – malgré une féroce répression dont elle a été l’une des victimes, comme l’a fait observer Espoir Ngalukiye -, un des militants de la Lucha, mais aussi des pressions extérieures très fortes.

Cependant, comme le mouvement l’a rappelé le 8 août dernier dans un communiqué, il ne s’agit là que d’une victoire d’étape et non d’un point d’arrivée. Nous avons remporter une bataille mais pas encore la guerre, fait observer un autre militant.

Dans une déclaration lue à l’occasion de ce point presse, la Lucha a listé sept « points d’exigence » à l’attention du gouvernement. Il s’agit de  »la suppression de la machine à voter pour les élections de décembre prochain, la fiabilisation du ficher électoral, la levée de la mesure de suspension des manifestations publiques, la libération des prisonniers politiques, le recours à des experts extérieurs pour observer le processus électoral, la sécurisation du processus électoral, ainsi que la présentation d’un plan financier et logistique actualisé pour assurer l’organisation effective des élections.

La machine à voter, cible prioritaire

À la question de savoir si la Lucha a abandonné sa proposition d’une transition sans Joseph Kabila, le mouvement confirme que cette option est toujours d’actualité car, précise-t-il, l’important n’est pas d’organiser n’importe quelles élections, mais des élections inclusives, libres et transparentes. Or nombreux sont ceux qui s’accordent à dire que cela ne sera pas évident tant que Joseph Kabila sera à la présidence.

La Lucha met ainsi en garde la population sur le fait qu’il ne faut ni relâcher l’attention ni la pression. A cette fin, elle appelle le 3 septembre prochain à une grande mobilisation citoyenne, la première depuis l’annonce de la non-candidature de Joseph Kabila. Celle-ci visera spécifiquement à contester les machines à voter, rapidement rebaptisées « machines à tricher » ou à « machines à voler », ainsi que le fichier électoral vicié à 25 % selon l’OIF.

La démarche de la Lucha montre que l’annonce par Joseph Kabila de sa non-candidature n’a pas fait retomber autant et aussi longtemps qu’il l’espérait la pression autant. Celle-ci reste forte à la fois à l’intérieur du pays, comme le montre l’annonce de cette grande marche, mais aussi à l’extérieur, comme en témoignent les différentes initiatives prises par le SADC ces derniers jours.

Par ailleurs, le fait de cibler les machines à voter et le fichier électoral montre que l’opinion publique congolaise ne se satisfera pas d’une élection où tout est joué d’avance. Tout comme d’ailleurs la communauté internationale, bien décidée elle aussi, à travers la SADC, de peser de son poids sur le processus électoral en RDC.